26/02/2007

sandra scoppettone: toi, ma douce introuvable

Toi, ma douce introuvable

 

" Je n'aime pas les mystères, j'ai horreur des coïncidences et, par-dessus tout, je déteste les histoires de triplées ! " s'exclame Lauren Laurano. Pourtant, avec l'affaire dont l'a chargée Blackie Boston, on peut dire qu'elle est servie. La détective privée lesbienne, féministe et cacao-dépendante devra trouver une morte qui ne l'est pas, naviguer dans les milieux du cinéma - on tourne un filin sur elle ! -, et plus que jamais, combattre les préjugés sexistes de ses Contemporains. N'écoutant que son instinct capricieux, son ordinateur désormais apprivoisé et ses compagnons de toujours, Lauren Laurano vient une fois de plus troubler l'ordre des choses.

20:17 Écrit par lezz78 dans polars | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Sandra Scoppettone: tout ce qui est à toi

Tout ce qui est à toi...

 

Lauren Laurano n'est pas une détective ordinaire. Jolie, capricieuse, lesbienne et feministe, elle a des phobies qui ne simplifient en rien sa vie professionnelle. Depuis que Lauren Laurano a troqué sa plaque d'agent du FBI contre celle de détective privé, New York est devenu son terrain de chasse. Pour ses rendez-vous, elle préfère l'ambiance de ses nombreux bars plutôt que celle de son bureau et c'est dans l'un d'eux qu'elle rencontre Ursula Huron, dont la jeune soeur, Lac, a été retrouvée pendue dans son appartement. La famille voudrait bien classer l'affaire mais Lauren s'entête. Elle fouine à droite et à gauche. Auprès des amis, des parents. Très vite elle ne sait plus où donner de la tête. Surtout que les suspects se multiplient et les témoins se dérobent à une vérité de plus en plus inavouable. Mais ce n'est pas pour déplaire à Lauren, car c'est dans ce genre de situation qu'elle révèle le meilleur d'elle-même.

20:15 Écrit par lezz78 dans polars | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2007

Sarah Waters

Sarah Waters

 

 

 

 

 

 

Après des études de littérature anglaise, Sarah Waters travaille en librairies et bibliothèques. Elle reprend ensuite le chemin de l'université pour faire une thèse sur la fiction historique gay et lesbienne. Elle s'intéresse donc à l'Angleterre victorienne et en fait la toile de fond de ses trois premiers romans. En 1998, après l'avoir étudiée, elle se lance donc dans la littérature elle-même. 'Caresser le velours', expression argotique du XIXe siècle dans laquelle le velours désigne le sexe féminin, explore un peu plus son thème de recherche. Ce premier roman est remarqué par la critique et remporte quelques-uns des nombreux prix que compte le milieu littéraire britannique. Elle poursuit dans la même veine avec 'Affinités' pour lequel elle est couronnée 'jeune auteur de l'année' par le Sunday Times. En 2002, 'Du bout des doigts' incorpore une dose de crime dans un univers que Sarah Waters maîtrise désormais. Elle est nommée 'auteur de l'année 2003' aux British Books Awards. L'oeuvre de Sarah Waters rencontre un public britannique encore plus nombreux lors de son adaptation pour la BBC. Andrew Davies, qui avait déjà adapté avec succès 'Orgueil et préjugés' se charge de 'Caresser le velours' en 2002. En 2003, c'est 'Du bout des doigts' qui passe à l'écran avec notamment l'actrice Imelda Staunton. En 2006, avec 'Ronde de nuit', elle change de période historique et fait évoluer ses personnages, toujours gays et lesbiens, dans le Londres de la Seconde Guerre mondiale.

 

http://www.sarahwaters.com/

 

 

12:05 Écrit par lezz78 dans auteurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |